Choisir le Panasonic GH5S et ses accessoires pour réussir vos vidéos !

Choisir le Panasonic GH5S et ses accessoires pour réussir vos vidéos !

Sous le pseudo “Monsieur Je-sais-tout”, Le Blog Axiale vous permet de découvrir régulièrement des vidéos tests, conseils et astuces dans le domaine de l’audiovisuelle.

Au programme, l’hybride Panasonic GH5S accompagné de ses accessoires indispensables : les objectifs Panasonic 12-35mm F2.8 II et 35-100mm F2.8 II, l’enregistreur numérique Zoom H6 et ses différentes capsules, l’éclairage studio et extérieur…

 

J’ai souhaité mettre à disposition l’intégralité du texte de cette vidéo pour qu’elle soit accessible au plus grand nombre :

Bonjour à toutes et à tous,

 

Vous souhaitez vous lancer en tant qu’entrepreneur ou Freelance dans l’audiovisuel, votre cœur balance pour vous essayer aux vidéos en ligne, pas de panique, vous n’êtes pas seul, c’est mon cas, et je vais partager avec vous mes choix et mes réflexions.

Dans notre cas, sans faire double emploi, il nous faut du matériel suffisamment polyvalent. « Après la réalisation de vidéos d’entreprises, d’événements, et de reportages d’actualité, je souhaite donc partager avec vous quelques vidéos en ligne, tout en continuant et améliorant mon activité principale. » : n’oubliez jamais de bien vous questionner sur votre utilisation, la mienne est claire !
Certains d’entre-vous sont des fonceurs, et d’autres, plus raisonnés, ils examinent, analysent, étudient le pour et le contre, plus ou moins longtemps, ce bilan complet est fait pour vous !

Dans cette nouvelle aventure, quoi de naturelle que de commencer avec vous par le commencement : le choix du matériel !

Après plusieurs semaines de tractations sur les sites internet des testeurs, sur les chaînes YouTube des utilisateurs et experts, sur les groupes Facebook à lire vos avis, sur les sites des revendeurs à regarder les prix et les dispos, je me suis lancé et je vous partage la raison de mes choix.

 

Tout d’abord, quel budget y consacrer ?

Vous devez doser au plus juste entre investissement et risque (je reviendrais d’ailleurs dans une autre vidéo plus en détail sur ce sujet).
Mais prudence, on ne le répètera jamais assez, s’il est aujourd’hui possible de débuter en vidéo sur le web et sur le terrain à moindres frais, n’oubliez pas que l’on évolue tous dans notre utilisation et que quelques semaines de patience peuvent parfois améliorer votre résultat avec un choix plus qualitatif . Car si ce n’est pas une science exacte : prix élevé rime souvent avec qualité en matériel audiovisuel.

Vos choix doivent surtout être guidés par vos utilisations et votre expérience. Ne débutez pas avec un matériel qui ne refléterait pas vos compétences et votre talent, faute d’un budget minimum insuffisant pour satisfaire des missions techniques parfois contraignantes : lieux humides, faible luminosité, environnements bruyants…

Lorsque l’on étudie son choix de matériel, les critères sont nombreux. Si certains d’entre-vous vous annoncent le budget comme premier critère, le plus souvent, évidemment la qualité ne doit pas être oubliée ! Comme au supermarché, nous ferons les totaux à la fin, même si évidemment, j’en ai tenu compte durant toute la concrétisation de mon projet.

J’ai essayé de faire ici un résumé complet du matériel nécessaire pour débuter et même bien plus,

pour réaliser et livrer à vos internautes ou clients de belles vidéos au rendu « cinématographique » !

Ces choix sont également issus des échanges avec vous. Je vous encourage à participer vous aussi aux nombreuses communautés en ligne. Elles vous conseilleront dans vos choix, vous devez cependant faire le tri et pesez le pour et le contre.
Ne vous en tenez pas à un seul échange. Il n’y a pas de bons et de mauvais choix, les expériences des utilisateurs sont toujours très enrichissantes. Il y a parfois de très bons plans, des pépites ou du matériel que vous n’auriez pas pu trouver seul. Mais il n’est pas rare de croiser quelques trolls, toujours meilleurs que les autres, qui vous promettront une fessée… Rassurez-vous ! La plupart des membres seront vous conseiller de façon habile et argumentée, MERCI à tous ceux qui se reconnaîtront.

 

Voici mes choix et pourquoi ?

J’ai remarqué que la plus grande difficulté que je devais gérer au quotidien durant les tournages était la luminosité. Rendant mes réalisations trop souvent médiocres, je ne veux pas reproduire cette erreur aujourd’hui.

 

  • Je commence donc pas la lumière !

Mes premières recherches se sont orientées vers un pack d’éclairage studio pour tourner ces vidéos. Après moults recherches, je me suis arrêté sur un pack très abordable, mais aussi très critiqué. Certains diront qu’il est “efficace et suffisant” pour se lancer en tant que YouTuber, d’autres “fragile et inutile” à proscrire ! L’important c’est déjà d’y penser. Vous devez absolument vous éclairer pour rendre vos vidéos plus qualitatives, car si pour la plupart d’entre nous, nous ne sommes pas des Ken ou des Barbie, rendons au moins l’instant plus agréable à ceux qui nous suivent.

Pour mon utilisation, faute d’un budget plus important, j’ai choisi de retenir les avis positifs, à vous de juger. Je vous propose quelques minutes pour l’installer et voir le résultat. Ha…. c’est mieux non ?! J’aurais pu rentrer dans le détail de mon choix et les différentes possibilités qui se sont offertes, mais nous n’aurions pas le temps de tout approfondir, on reviendra sur le sujet “éclairage” dans une prochaine vidéo.

 

Restons sur la luminosité et l’éclairage.

Lampe torche LED vidéoPour les missions de terrain, disons la plupart du temps, il n’est pas simple de balader son kit studio, notamment dans les reportages où les situations de tournages sont nombreuses et en mouvement. Pour ne pas me retrouver dans le noir, j’ai donc complété mon premier achat par une petite torche LED. Elle peut s’installer rapidement sur la griffe flash ou sur un trépied pour réaliser une interview ou même filmer un objet ou une pièce peu éclairée.

Le résultat ne sera évidemment pas optimal, mais il ne faut jamais perdre de vue dans votre jugement le rapport qualité / prix et je rajouterai même objectif(s) / résultat(s) ! N’hésitez à tester en empruntant ou louant quand cela est possible. Tentez de faire vos bons choix qui coïncident avec la prestation que vous souhaitez réaliser et surtout je me répète, bien sûr, votre budget global.

Cette petite torche bien pratique permet de déboucher une ombre sur un visage et rend bien des services. L’intensité est réglable, utilisez là avec parcimonie bien sûr. Euh c’est qui parcimonie…

Dans certaines situations, l’éclairage artificiel ne vous sera pas d’un grand recours, je dirais même plus, il est à proscrire ! Essayez de filmer quelques plans d’un concert, même à l’école de musique du coin, je ne donne pas cher de votre présence dans la salle avec votre torche allumée sur les” zicos”, ce qui nous emmène directement au choix de ma caméra.

 

  • LE PANASONIC GH5S.

Pour une mission de J.R.I., si une simple caméra de poings ou d’épaule ferait largement l’affaire pour tourner un reportage d’actualité, je souhaite progresser vers un rendu de qualité, et plus encore pour mes films d’entreprise ou événementiel tout en utilisant ce nouvel investissement pour ma chaîne.

Panasonic, depuis ou surtout, avec le GH4 a installé une véritable suprématie, ou en tout cas, à gagner la confiance des vidéastes par la qualité de ses images. Ils sont devenus une référence dans le domaine. Enfin surtout à un tarif très abordable pour les professionnels indépendants et freelance qui peuvent enfin toucher du doigt une qualité vidéo jusqu’alors inimaginable dans cette gamme de prix.

PANASONIC GH5SL’arrivée du GH5 n’a fait que renforcer les performances de son prédécesseur et convaincre les derniers réfractaires. La sortie quelques mois plus tard du Panasonic GH5S ne fera que confirmer la volonté de Panasonic de satisfaire une exigeante clientèle de professionnels désormais comblée.

«Ces boitiers ne sont désormais plus limités à 30 minutes d’enregistrement continu, c’est pour cela que l’on peut officiellement les nommer caméra plutôt qu’appareil photo, mais ce n’est qu’un détail, appelez-les comme vous voulez, c’est comme votre animal de compagnie, c’est vous qui décidez après tout ! »

Contrairement à son frère et non son petit frère comme j’ai pu l’entendre, le Panasonic GH5S n’est pas le successeur du GH5 mais un boitier différent pour des utilisateurs différents. Je ne rentrerais pas dans les détails et dans un comparatif, il existe d’ores et déjà des dizaines de vidéos et articles à ce sujet et dont certains, particulièrement poussés, sont à l’origine de mon choix. On va s’arrêter uniquement sur 3 particularités du Panasonic GH5S qui m’ont convaincu et qui pourraient bien vous convaincre aussi.

  • 1) le premier point : le capteur, toujours un 4/3 contrairement au Panasonic S1 qui est “full frame”, n’est pas stabilisé ! Alors que le GH5 lui en bénéficie, sans remplacer tout de même un stabilisateur soyons réaliste. Le Panasonic GH5S n’en a donc pas, et tant mieux ! La raison est simple, son utilisation venait trop souvent en conflit avec l’utilisation d’un stabilisateur que ce soit un steadicam, une gimbal… Même si la stabilisation électronique pouvait être désactivée, quelques mouvements du capteur flottant restaient perceptibles, et pour les utilisateurs les plus pointilleux, cette solution n’était pas intuitive et idéale.

Mais attention : si les créateurs trouveront des avantages à cette évolution (ou régression) qui rendra votre travail plus “brut”, moins “assisté”; pour des JRI, en reportages, ne comptez pas l’utiliser en mode “Run and Gun” sans stabilisateur. Le Panasonic GH5S n’est pas fait pour vous et c’est bien le GH5 qui restera votre meilleur compagnon.

Pour une utilisation polyvalente, comme moi, c’est indispensable de s’équiper d’un stabilisateur (c’est le seul matériel de ce projet que je vous présenterai dans une autre vidéo). Il est pour primordial d’en utiliser un, notamment en automobile ou événement sportif par exemple. Votre stabilisateur sera ravi de cette perte sur le Panasonic GH5S, mais encore faudra-t-il qu’il soit là à chaque tournage pour s’en satisfaire ! Ne l’oubliez pas, il fera pleinement son travail et améliorera ainsi de facto votre résultat final de façon époustouflante.

J’ai découvert la photo il y a plus de 20 ans. Je rassure les plus jeunes, le talent n’attend pas le nombre des années (on n’est pas dans le bordelais) et moi d’ailleurs, je le cherche encore. Et j’ai déjà pu assister à deux révolutions dans notre métier : l’arrivée du numérique et la montée en sensibilité des capteurs. Enfin ! Le photographe allait arrêter de nous faire chier à l’église avec son flash…

Nikoniste à la base, c’est le Nikon D3, qui est l’un des premiers à nous avoir offert la possibilité de photographier, dans la pénombre, tout en obtenant un résultat bluffant et surtout sans grain à 6400 ISO, certains annonceront beaucoup plus, mais restons pragmatiques, c’était déjà superbe et révolutionnaire.

Et bien aujourd’hui, en vidéo, Panasonic le propose sur le GH5S ! Et donc..

  • 2) Number two, le deuxième point fort : le Panasonic GH5S est la version “low light” du GH5, monter de 6 400 et 12 800 ISO et filmez vos plans dans des environnements sombres en obtenant un très bon résultat !

Soyons claire il ne faut pas perdre de vue que ça ne vous fera pas filmer non plus dans le noir. Il faut être raisonnable pour obtenir quelques choses de satisfaisant dans ces conditions. Cette caractéristique sera très appréciée lors des concerts, des conférences, des visites d’usines, pas toujours éclairées suffisamment, des événements culturels, bref ! Vous reconnaîtrez ou vous connaissez déjà ces situations.

Mais attention : il ne faut pas oublier, comme le point précédent, également un allié indispensable dans toutes les situations la qualité de vos objectifs fera le gros du boulot, et on y revient très vite…

  • 3) Troisième et dernier argument convaincant, le plus important, la cerise sur le gâteau, le pur bonheur et c’est sincère ! Le bouton anodisé rouge. Panasonic pourrait même en faire un élément de marque tellement ce petit coup des designers est apprécié. C’est mon cas, mais j’ai aussi pu voir dans de très nombreuses vidéos que ce coup de cœur est partagé, alors je l’ai ajouté avec plaisir. C’est TOP, on aime ce genre de détails, nous les Geek ou plutôt les technophiles !

Il y a encore de nombreuses autres améliorations que j’aurais pu vous citer, je vous ai parlé de celles qui m’ont convaincu, mais il y a aussi l’amélioration de l’autonomie, le passage de 180 à 240 images par seconde en slow motion, le Vlog désormais préinstallé…

Comme je le disais il y a quelques secondes, si le boitier fait bien son job, n’oubliez pas, mais vous le savez, l’importance des objectifs.

Malgré mon expérience, j’ai toutefois souhaité l’avis des utilisateurs du Panasonic GH5 et Panasonic GH5S pour finaliser ce choix sur le groupe Panasonic d’ailleurs. Chacun est venu exposer son avis, l’argumenter, certain de façon adroite et justifier, d’autres de façon catégorique. Comme je l’ai dit plutôt, si ce choix est personnel en fonction de ces expériences, son utilisation et trop souvent son budget, il y a tout de même des incontournables : ceux qui font que vous êtes IN ou OFF !

 

  • LES OBJECTIFS : PANASONIC 12-35 F2.8 II et PANASONIC 35-100 F2.8 II

PANASONIC 12-35mm et 35-100mm F2.8Le budget que j’avais laissé sous-entendre pour l’achat d’optiques était de 1000 euros. Les internautes ont tous été dans le même sens, tentant de me convaincre pour un couple Panasonic 12-35 à 2.8 et 35-100 à 2.8 (dans sa seconde version) qui répondrait parfaitement à une utilisation polyvalente, mais explosait mon budget.
Ils m’ont convaincu !

En effet, si vous choisissez le Panasonic GH5S, ne sacrifiez pas le choix des objectifs pour une question de budget. Ce ne serait pas judicieux de choisir un boitier offrant de très bonnes performances en basse lumière pour venir le brider avec un choix d’optique à la focale trop large et donc aux performances médiocres, il n’y a pas d’objectif miracle et deux objectifs c’est le minimum pour travailler dans de nombreuses situations.

Pour le GH5S, il existe de nombreux autres couples gagnants, notamment avec l’utilisation des adaptateurs et des optiques Canon, qui conservent la transmission des données, on en reparlera dans une prochaine vidéo, ce n’est pas en quelques minutes que je vous convaincrais de faire les mêmes choix que les miens sans exemples.

Trancher, ces choix, ce n’est pas toujours facile. Quand on aime prendre le temps d’étudier toutes les possibilités, fouiner pour économiser un max et gagner en budget. Mais une fois que l’on a fait notre vielle, recueilli les infos, les avis, il faut se lancer ! Pour moi, le plus dur a été pour un « accessoire » pour lequel je n’accordais jusque-là pas assez d’importance. Je le sous-estimais trop souvent, ce qui rendait mes réalisations bancales.

 

  • LE MICRO : ZOOM H6

Que dis-je un accessoire ! Mais non, c’est justement là mon défaut. Ce n’est pas un accessoire, c’est primordial “le son est votre ami, votre allié, le précieux”. Dans une vidéo, vous ne devez même pas prêter attention au son. Il doit être idéal à souhait pour savoir se faire oublier et devenir agréable, vous l’entendez…. Ha non, ça c’est ma voie !

Sur cette question, vexer de mon constat d’échec, je n’y suis pas allé par quatre chemins et je ne peux que vous encourager chaudement à ne pas faire l’impasse, ce serait votre première et plus grosse erreur ! Dans mon choix, j’ai dû prendre en compte les différentes contraintes de mon utilisation souvent nomade, en pesant « toujours » le pour et le contre !

Vous êtes peut-être comme moi, je multiplie les rushs sur le terrain c’est ensuite une véritable galère pour synchroniser les images au son en post-prod, c’est chronophage… Franchement, on y pense même pas en reportages d’actu, iI faut être réactif !

Mais pour cette crainte, mon argument tombait à l’eau en deux secondes, une équipe de magiciens a fabriqué un logiciel merveilleux qui synchronise en quelques secondes le son et l’image, je n’ai pas testé, mais il paraît que c’est tuerie. Et d’ailleurs, puisque je n’ai pas testé, je ne suis pas convaincu…d’autant plus que cela ne nous éviterait pas de nombreux clics supplémentaires sur les rushs sélectionnés pour les extraire et les synchroniser.

Vous devez vous tourner vers du matériel simple d’utilisation, non pas que certains d’entres nous ne soient pas au point sur l’utilisation de leur matériel, que l’on utilise souvent qu’à un tiers de ces possibilités, mais professionnellement, le temps est toujours compté et chaque seconde gagnée d’un projet, tournage ou montage, est précieuse.

L’adaptateur Panasonic DMWXLR1 est surement le choix le plus évident et le plus simple, alimenté par votre Panasonic GH5S ou GH5, il vous offrira deux entrées XLR/Jack, avec leur alimentation fantôme bien sur, et la possibilité de les permuter en micro/ligne… mais j’ai préféré opter pour un choix plus polyvalent, et plus performant pour un budget nettement inférieur.

 

Le Zoom H6, pourquoi  ?

Arrêtons-nous quelques secondes sur ce choix, le plus difficile et le moins évident pour moi.
Si des marques comme RODE ont encore à faire leurs preuves pour certains pros sur leur qualité, chez Zoom, ils ne souffrent eux d’aucune réputation hasardeuse, notamment déjà parce qu’ils ne soufflent pas… souffle/souffre… OK !

ZOOM H6 avec capsulesLe Zoom H6 m’a séduit par son prix, 267,90€ pour son pack et ses accessoires. Il est livré dans cette petite valisette de transport avec deux capsules interchangeables et deux autres en option, alors que l’adaptateur Panasonic DMWXLR1 est à 348,90€ sans micro.

Véritable caméléon, le H6 sait s’adapter à toutes les situations :
– le micro X et Y, deux micros unidirectionnels réglables de 90 à 120°
– le micro mid-side, avec un micro unidirectionnel et l’autre bidirectionnel pour restituer un son stéréo bluffant
– un micro canon pour vos interviews (attention à ne pas trop vous éloigner de votre sujet qu’en même)
– et enfin une dernier capsule avec deux entrées xlr/Jack supplémentaires plutôt destinées aux musiciens à mon sens.

Ces différentes combinaisons vous offrent la possibilité de couvrir un large panel de missions avec une super qualité. En plus de l’utiliser avec votre boitier, via la prise jack, vous pourrez également l’utiliser pour toutes autres prises de son autonome, en externe. Il enregistre sur carte SD jusqu’à 128Giga, il y a des potards très pratiques jusque sur les capsules, c’est top !

En plus, si vous changez régulièrement de matériel pour suivre les avancées, cet investissement, comme la lumière ou les objectifs, contrairement au boitier, saura perdurer.

 

  • LES ACCESSOIRES

Dans ce pack de base pour démarrer ou évoluer, on a presque fait le tour d’un équipement complet, je vous ai épargné le fond vert, que je n’ai pas redescendu du grenier depuis 10 ans. Achetez-en un pour faire de petites incrustes, des effets sympas pour égayer vos vidéos, changer votre fond, réalisez de belles interviews de vos clients professionnels en entreprises ou pour l’utiliser en événements… vous en trouverez pour quelques euros sur le web ou chez votre revendeur local.

Même si pour votre fond, préférez un décor changeant, naturel ou vous pourrez varier vos vidéos en adéquation notamment avec les sujets que vous abordez pourquoi pas ?

 

  • L’ADDITION

C’est l’heure de l’addition, ou l’addiction si vous avez été trop loin dans vos achats, pour moi, je dois l’avouer sur ces investissements, j’ai fouiné partout pour trouver les tarifs les plus avantageux.

Pour ce pack, sans le stabilisateur, le budget global est inférieur à 4000€ puisque le total est de 3927,21€ livré chez moi. Je vous ai indiqué dans la description tous les liens et les tarifs en détail que j’ai utilisé.

Bien sûr, si vous débutez, il reste un gros post de dépense avant de livrer vos premières vidéos, c’est toute la post-production… On en reparlera très vite c’est promis !

C’est la fin, MERCI à tous d’avoir suivi cette vidéo, n’hésitez pas à partager avec moi vos avis, vos expériences et à très vite, restons connectés, ABONNEZ-VOUS ! Ciao !

 
 
Consultez la prochaine vidéo de Monsieur Je-sais-tout : Pilote de drone, 10 conseils pour réussir et faire les bons choix !

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.